video

Palmarès championnat 2012

Palmarès général Limoges 2013

Gournay palmarés 2014

2016
Règlement du 26ème Championnat de France des races avicoles et cunicolers normandes

Palmarès du 26ème championnat de France des races avicoles normandes à Gournay en Bray - 3 et 4 décembre 2016





PRESENTATION DU C.S.R.A.N.

Le club pour la sauvegarde des races avicoles normandes a été créé dans les années 90. Son but essentiel préserver, sauvegarder, voire relancer l’élevage des variétés patrimoniales de basse-cour particulièrement nombreuses en Normandie. Car, en matière de races domestiques, cette région possède un patrimoine génétique unique, à l’image de sa diversité gastronomique et culturelle. Les poules, avec plusieurs races (Caumont, Cotentine, Crèvecoeur, Gournay, Le Merlerault, Pavilly) ainsi que les canards (Duclair, Rouen Clair, Rouen Foncé), les oies (oie Normande et oie normande de Bavent) et les lapins (Blanc de Hotot, Normand, Grand Russe) tiennent une place importante dans le bestiaire des animaux fermiers français. Or, avec la rationalisation de l’aviculture et les impératifs alimentaires de l’après-guerre, de nombreuses races de basse-cour n’ont dû leur salut qu’aux soins d’éleveurs amateurs.

Les raisons motivant la sauvegarde sont essentiellement de trois ordres : ces variétés normandes témoignent du travail de sélection des hommes sur un terroir donné, conjugué aux capacités d’adaptation spécifiques dont elles disposent. Elles représentent donc bien, en ce qui nous concerne, une partie du patrimoine vivant de Normandie. En outre, la nécessité de conserver des races patrimoniales s’appuie sur de véritables bases scientifiques. En effet, chaque race avicole normande est un réservoir de gènes originaux, sa disparition constitue une perte irrémédiable, sa préservation permet, en quelque sorte, la constitution d’une banque génétique vivante. C’est donc bien, dans ce cas, de la préservation du patrimoine génétique dont il est question. Enfin, la combinaison de ces deux premiers éléments débouche nécessairement sur une utilité gastronomique qu’il parait évident et vital de (re)mettre en avant, et qui d’emblée, place la tâche de conservation que nous nous sommes assignée dans une perspective dynamique et ouverte. La préservation de ce patrimoine gastronomique, sa valorisation a permis une synergie entre des éleveurs amateurs passionnés représentés par le CSRAN, les pouvoirs publics normands et le monde scientifique.

Mais ce travail n’est jamais terminé et plus il y aura d’éleveurs amateurs disposant de quelques sujets normands dans leur basse-cour, plus les chances de préservation de la biodiversité avicole normande seront assurées. N’hésitez donc pas à visiter ce site et, si le cœur vous en dit, à venir nous rejoindre en créant votre propre micro conservatoire. Bon surf.

Bruno Lomenède – Président du CSRAN